KAYANZA, CANKUZO, BUJUMBURA, KIRUNDO, RUMONGE, 7 oct (ABP) – Des organisations de la société civile œuvrant dans les provinces Kirundo, Rumonge, Kayanza (photo), Cankuzo et Bujumbura ont organisé samedi le 5 octobre 2019 des manifestations pour s’insurger contre la décision des Nations Unies de renouveler le mandat de la commission d’enquête sur les violations des droits de l’homme au Burundi dirigée par M. Doudou Diène, a constaté l’ABP sur place.

A Kayanza (nord), les manifestants se sont rencontrés à l’école fondamentale de Kabukoro en commune Gatara pour une marche d’environ quatre kilomètres qui les a conduits au terrain de basket-ball situé tout près du lycée Gatara.

Cette marche avait vu la participation des membres des organisations de la société civile comme FOLUCON.F, CODIP, NAD et bien d’autres opérant en province Kayanza.

A travers les banderoles que portaient les manifestants, on pouvait lire des mots qui s’inscrivent en faux contre la décision onusienne consistant à prolonger le mandat de la commission d’enquête en rapport avec l’état des droits de l’homme au Burundi.

“Le Burundi est paisible, souverain et indépendant. C’est un pays où la justice fait correctement son travail dans le strict respect des lois. Nous soutenons et apprécions le pas franchi par le gouvernement burundais dans le maintien de la paix et de la sécurité ainsi que dans la protection des droits de l’homme”, pouvait-on lire. Les manifestants scandaient des slogans qui vont dans le sens de soutenir le gouvernement burundais en général et le domaine de la justice en particulier, peut-on ajouter.

La marche-manifestation a été clôturée par le discours prononcé par M. Diomède Barikunda, qui était l’envoyé au niveau national de l’Association pour la promotion du développement durable au Burundi (APDDB).

A Cankuzo (est), la marche manifestation a débuté juste après les travaux de développement communautaire. Les manifestants étaient munis de banderoles sur lesquelles on pouvait lire “le Burundi se prépare dans le calme, la sérénité et l’harmonie aux élections de 2020. La liberté de la presse, d’expression et d’opinion sont garanties au Burundi”. Ils lançaient aussi des slogans soutenant les institutions burundaises tant administratives que sécuritaires ainsi que les pays amis du Burundi.

Dans son discours, le président de l’AJAP au niveau provincial, M. Jean Paul Masabo a, au nom des organisations de la société civile œuvrant en province Cankuzo, lu le discours préparé par la société civile burundaise pour s’inscrire en faux contre l’Union européenne et la commission d’enquête sur l’état des droits de l’homme au Burundi. Les organisations de la société civile de Cankuzo ont interpellé la population burundaise de se préparer aux  prochaines élections avec un esprit calme et apaisé.

Vue partielle des manifestants de Bujumbura

A Bujumbura (ouest), la marche-manifestation, qui est partie du chef-lieu de Buhonga, a conduit les manifestants vers la colline Kora où les membres des associations CODIP, AJAP et NAD ont écouté le message du jour, qui a été lu par le président de l’association « Izere Ntiwihebure », M. François Xavier Ndaruzaniye.

Il a, à cet effet, fustigé le comportement de certains pays comme le Rwanda et les pays de l’Union européenne qui ont soutenu la décision qui dépouille le Burundi de sa souveraineté. La prolongation du mandat de la commission d’enquête de l’ONU sur les droits de

l’homme, présidée par Didou Diène, est une honte car, a-t-il dit, cette commission a toujours produit des rapports biaisés sur le Burundi.

Les associations de la société civile soutiennent le gouvernement de Gitega dans sa volonté de prendre en mains sa destinée et de gérer les affaires du pays, a déclaré M. Ndaruzaniye, tout en indiquant que la prolongation du mandat de cette commission n’amènera rien de nouveau. Il a ainsi appelé la population à ne pas prêter l’oreille à cette commission.

A Kirundo (nord), le représentant de l’ONELOP Burundi au niveau national, M. Sulpice Nkurikiye, a indiqué que la situation des droits de l’homme au Burundi est bonne. Il a saisi l’occasion de remercier le gouvernement du Burundi qui se bat corps et âme pour la consolidation de la paix et la sécurité, a-t-il précisé.

Il a demandé à la population de Kirundo de ne plus prendre en considération les rapports et déclarations mensongers de la commission d’enquête de l’ONU. Il a, à cet effet, invité la même population de vaquer normalement à ses activités quotidiennes afin de s’auto développer et développer son pays.

Signalons que le gouverneur de Kirundo, M. Alain Tribert Mutabazi, s’est joint aux manifestants.

A Rumonge (sud-ouest), la marche manifestation a été effectuée à partir du bureau communal de Rumonge jusqu’à la plage du lac Tanganyika où a été prononcé le mot de circonstance.

Jerédie Butoyi a, au nom de toutes les associations de la société civile œuvrant à Rumonge, fait un clin d’œil à la population pour qu’elle ne se laisse pas distraire par les rapports de ladite commission. Il a également interpellé les citoyens de toujours mener une bonne cohabitation entre eux.

Butoyi a, à cette occasion, remercié le gouvernement burundais qui fait tout pour que les droits de l’homme soient respectés sur le territoire national.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *