BUJUMBURA, 10 sept (ABP) – Le directeur de l’Institut français du Burundi (IFB), M. Thierry Dieuleveux (photo : à droite) a, en marge d’un café de presse visant la présentation de l’agenda culturel de septembre-octobre, le jeudi 6 septembre 2018 à Bujumbura, présenté le nouveau directeur délégué de cet institut, M. Olivier Jayne (photo : à gauche), qui remplace Mme Stéphanie Soleansky qui occupait ce poste depuis 2015. Avec plus de 18 années d’expérience dans le domaine de l’éducation en tant que coordinateur pédagogique, formateur des formateurs, gestionnaire des centres, de chef de projets, habitué de la communication et la construction de partenariats, M. Jayne a un double parcours. Issu du monde de l’éducation, il a également été chef d’entreprise dans le secteur touristique. Professeur de langue étrangère, a-t-on toujours appris à l’IFB, il s’est intéressé progressivement au patrimoine culturel en restant un fort de la Légion étrangère du Maroc qu’il a ouvert au tourisme avec une activité d’hôtellerie et de restauration.

Dieuleveux n’a pas manqué de souligner que le nouveau directeur délégué de l’IFB est quelqu’un qui maîtrise ce poste, grâce à sa formation et son expérience. Revenant sur l’agenda culturel de septembre-octobre, il a dit que c’est un programme visiblement riche en couleurs. Plusieurs événements sont au rendez-vous. A titre indicatif, «Artatouille» marquera le 14 septembre 2018 à 18 heures, l’ouverture de la saison culturelle. Savant mélange de plusieurs ingrédients artistiques, Artatouille mixe les disciplines pour proposer une soirée riche en saveur. Des danses, slam et mode seront au rendez-vous de cette soirée mettant en valeur les jeunes talents de Bujumbura. Il y aura également le 21 septembre 2018 à 18 heures «Le Phare», une création théâtrale des jeunes comédiens burundais ayant reçu une formation de trois semaines avec les Burkinabé Odile Sankala et Aristide Tarnagda. D’autres activités culturelles aussi variées, notamment les cafés littéraires, le génie en herbe, slam, débats, expositions, etc attendent le public, au cours du binaire septembre-octobre.

M. Dieuleveux a également promis qu’à partir de janvier 2019, des journalistes culturels bénéficieront des formations en français journalistique.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *