Les responsables des médias et journalistes échangent sur la couverture des élections de 2020

MURAMVYA, 16 mars (ABP) – Le ministère de la Communication et des Médias organise depuis lundi le 16 mars, dans les enceintes de l’hôtel Bazelodge de Muramvya (centre-ouest du Burundi), une retraite de deux jours à l’endroit des responsables des médias et des journalistes sur la couverture des élections de 2020, a constaté l’ABP sur place.

Le thème de cette retraite est “La responsabilité et la couverture médiatique des élections de 2020”, a indiqué le ministre ayant les Médias dans ses attributions, M. Frédéric Nahimana (photo : au micro), lors de l’ouverture des travaux.

Vue partielle des participants

Il a fait savoir que cette retraite a été organisée dans le but d’évaluer les élections précédentes, depuis celles de 2005, dans la couverture médiatique ; évaluer les forces et les faiblesses afin d’en utiliser pour les élections prochaines. Il a aussi signalé que c’est pour identifier le rôle de chacun pour la contribution aux bonnes élections de 2020. En troisième lieu, le ministre Nahimana a précisé que la retraite vient pour faire une auto-évaluation et une introspection des journalistes qui ont participé aux élections précédentes afin de dégager des stratégies pour améliorer la situation des élections prochaines.

A la question de savoir ce qu’il faut aux journalistes pour améliorer les élections prochaines, le ministre de la Communication et des Médias a indiqué que d’une façon générale, il faut d’abord le respect de la déontologie et de l’éthique professionnelle, de la loi de la presse et d’autres lois connexes en rapport avec les élections, entre autres, la feuille de route des partis politiques et le code électoral.

D’une façon spécifique, le ministre Nahimana a souligné que son souhait est que les journalistes puissent user de leur patriotisme pour servir le pays, se servir eux-mêmes et se faire respecter au niveau de leur travail.

Aux politiques du Burundi, il demande d’être conscients qu’ils sont la source d’informations pour les journalistes. Ils doivent ainsi savoir que si une source est conduite par une mauvaise information, il y a le risque que tout le pays va connaître de mauvaises informations, a noté le ministre Nahimana. Il exhorte les hommes politiques de bien transmettre leurs messages, d’agir dans une compétition démocratique avec le respect de l’autre, sans toutefois diffuser des messages diffamatoires. Les partis politiques ont été également appelés à éduquer leurs militants afin qu’ils obéissent à la lettre les principes de la démocratie.

Notons que le ministre de la Communication et des Médias a, au cours d’un point de presse, apprécié positivement le niveau de collaboration entre les journalistes et les responsables administratifs. Cependant, a-t-il dit, il reste toujours à améliorer afin de dégager un climat favorable aux élections générales de 2020.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *