GITEGA, 26 nov (ABP) – La Commission épiscopale justice et paix (CEJP) de la Conférence des évêques catholiques du Burundi a organisé lundi un atelier d’échange à l’intention des parlementaires provenant de 5 provinces (Gitega, Karusi, Mwaro, Cankuzo et Ruyigi) du ressort de l’Archidiocèse de Gitega et du Diocèse de Ruyigi.

Le thème de cette rencontre de  deux jours tenue dans une des salles du Grand séminaire Saint Jean Paul II de Gitega était « la Communauté politique au service du bien commun ». Il constitue aussi un cadre d’échange d’information sur l’état de mise en œuvre du projet de consolidation de la culture démocratique par le renforcement de la cohésion sociale et la participation citoyenne au Burundi, a indiqué le secrétaire exécutif de la CEJP, Abbé Charles Karorero (photo : débout à droite), lors de l’ouverture des travaux.

Initié par la Commission épiscopale justice et paix, ce projet de consolidation de la culture démocratique qui œuvre dans les provinces des Diocèses de Gitega et Ruyigi en faveur des jeunes prioritairement est à pieds d’œuvre depuis une année et demie, a précisé Abbé Karorero. En exécutant ce projet, la CEJP en collaboration avec la Solidarité pour la promotion de l’assistance et du développement (SOPRAD-Caritas Ruyigi) et l’Organisation pour le développement de l’Archidiocèse de Gitega (ODAG -Caritas Gitega) vise trois objectifs principaux. Il s’agit de contribuer à la cohésion sociale entre les jeunes de diverses tendances politiques ; contribuer à la promotion de la gouvernance participative dans les provinces cibles et de renforcer la résilience socio-économique chez les jeunes des provinces cibles.

C’est dans cet optique  que la CEJP encadre et encourage les jeunes des diverses appartenances politiques et religieuses à se regrouper dans des associations d’auto développement dont certaines enregistrent des réalisations visibles. Parmi ces réalisations, le chargé de la communication à la CEJP, M. Antoine Hasabumutima a notamment cité la prise de conscience des jeunes sur l’importance des activités collégiales, l’engouement au mouvement associatif qui favorise la cohésion sociale au sein des communautés.

Dans le Diocèse de Ruyigi, 40 nouvelles associations de 10 jeunes chacune ont eu des crédits solidaires  à raison de 500.000 FBu par association, soit un montant total de  vingt millions (20.000.000 FBu), a précisé M. Hasabumutima. A l’Archidiocèse de Gitega, 58 associations ont été encadrées et accompagnées pour l’exécution  de leurs projets d’auto développement respectifs.

Pour que ces initiatives d’auto développement aillent de l’avant, le secrétaire exécutif de la CEJP a invité les parlementaires  à encourager les jeunes à se frayer un chemin dans les projets d’autopromotion et ainsi pouvoir éviter diverses manipulations. Il a aussi appelé ces élus du peuple à soutenir ces jeunes par un appui moral, matériel et légal. Ce qui leur permettra de préparer leur avenir meilleur et de servir de modèle au reste de la population, a-t-il expliqué.

Les thèmes présentés le 1er jour portaient notamment sur la Communauté politique au service du bien commun et la Communauté politique et le rôle des représentants du peuple.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *