BUJUMBURA, 9 oct (ABP) – Les députés  ont recommandé mardi le 8 octobre 2019 au gouvernement de revoir la politique du secteur café, de reprendre certaines activités de ce secteur et de veiller surtout à la qualité et à la quantité tout en revoyant à la hausse le prix au kilogramme du café cerise. C’était lors de la présentation, par la commission parlementaire permanente ayant en charge l’agriculture dans ses attributions, du rapport de sa descente dans 11 provinces du pays à savoir Bubanza, Kayanza, Ngozi, Muyinga, Kirundo, la Mairie de Bujumbura, Rumonge, Makamba, Rutana, Gitega et Mwaro

Cette descente avait pour objectif de s’enquérir de la situation caféicole pour la campagne café 2018-2019. Elle  s’est entretenue avec l’administration provinciale et communale, les représentants des caféiculteurs et ceux des Sociétés de gestion des stations de lavage  (SOGESTAL) du café.

La commission a constaté que les caféiculteurs ont beaucoup de difficultés notamment le paiement tardif consécutivement à la campagne café au moment où le prix au kilogramme de café cerise est très bas compte tenu des efforts fournis dans l’entretien de cette culture.

Vue partielle des députés

Certains caféiculteurs sont en train d’abandonner cette culture, selon les membres de cette commission. En outre, les SOGESTALs éprouvent beaucoup de difficultés de payer les salaires de leurs employés.

L’Assemblée plénière a proposé que ce prix soit fixé à 1000 francs Bu le kilogramme. Elle a déploré le fait que les objectifs de la privatisation de ce secteur ne soient pas atteints. Il s’agissait de l’augmentation de la production, de la qualité et du prix pour que l’agriculteur pousse un ouf de soulagement.

Selon le ministre de l’agriculture et de l’élevage, Déo Guide Rurema (photo), le gouvernement a fait le même constat mais les sociétés œuvrant dans ce secteur se sont à leur tour plaint du fait qu’elles travaillent à perte. Quoi qu’il en soit, l’agriculteur doit avoir un léger mieux, a noté le ministre Rurema, promettant qu’une commission va bientôt être créée pour analyser les résultats enregistrés depuis la privatisation de ce secteur. Son  rapport doit parvenir au gouvernement endéans un mois, a-t-l souligné. Une feuille de route pour améliorer le secteur café va permettre de fournir tous les efforts pour redynamiser cette ressource qui apporte beaucoup de devises, a-t-il renchéri.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *