Le lavage des mains, un excellent moyen de se protéger et de protéger les autres contre le Coronavirus, d’après le ministre en charge de la santé publique

BUJUMBURA, 24 mars (ABP) – Le ministère de la Santé publique et de la Lutte contre le Sida, Dr Thaddée Ndikumana (photo) a organisé vendredi le 20 mars 2020 à Bujumbura, une formation sur le coronavirus (COVID-19) à l’intention des journalistes, a constaté l’ABP sur place. Il a indiqué à la presse qu’il n’existe actuellement aucun vaccin pour se prévenir contre le COVID-19, appelant plutôt la population au changement de mentalité, surtout en respectant strictement les mesures d’hygiène pour se protéger et protéger les autres contre le coronavirus.
            Dr Ndikumana a rappelé que parmi les mesures d’hygiène déjà recommandées, le lavage des mains avec de l’eau et du savon ou en utilisant la solution hydro alcoolique est un excellent moyen d’éviter de se contaminer et de contaminer les autres. Il a également rappelé qu’il faut utiliser un papier-mouchoir quand on tousse ou éternue, éviter de cracher en public et tout contact étroit. « Il faut éviter de se serrer la main et de s’embrasser pendant cette période de surveillance du coronavirus », a-t-il ajouté.

Concernant le port des masques, Dr Ndikumana a fait savoir que ceux-ci doivent être portés par un patient ou une personne suspectée d’avoir cette maladie, ainsi qu’un médecin traitant qui est toujours proche du malade. Le ministre en charge de la santé publique a interpellé les journalistes à diffuser des informations fiables en rapport avec la pandémie de coronavirus, signalant que toute information qui n’est pas communiquée par le ministère en charge de la santé publique et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est considérée comme une rumeur.

Au cours de l’exposé sur le COVID-19 (Coronavirus disease-2019) présenté par Dr Liliane Nkengurutse, attachée au service des urgences épidémiologiques et de gestion des catastrophes au ministère en charge de la santé publique, elle a fait savoir que la situation de cette pandémie était de 209.839 cas à travers le monde, dont 16.556 nouveaux cas et 8.778 décès dont 828 nouveaux cas.

Le nouveau coronavirus qui a été découvert en Chine au mois de décembre dernier est une souche qui se présente sous forme d’une couronne et qui n’a pas été identifiée auparavant chez l’homme, a-t-on appris au cours de l’exposé. La Chine est donc en train de maîtriser la pandémie parce que le nombre de cas confirmés tend à diminuer, a ajouté Dr Nkengurutse.

Quant au mode de transmission, a-t-elle expliqué, le virus se transmet d’une personne malade à une personne saine par des gouttelettes respiratoires lorsque la personne malade tousse, éternue ou parle près d’une autre personne. Les signes et les symptômes du coronavirus sont généralement la fièvre, la toux et l’essoufflement ainsi que d’autres symptômes semblables au rhume, a ajouté Dr Nkengurutse.
            Selon l’OMS, il est conseillé de maintenir une distance d’au moins un mettre (1 m) entre une personne et les autres, en particulier celles qui toussent ou éternuent, et qui ont contracté la fièvre.
            A travers l’exposé sur le mode de transmission du COVID-19, Dr Nkengurutse a dit que si une personne a de la fièvre, de la toux et des difficultés respiratoires, il faut consulter rapidement un médecin. Le nez, les yeux et la bouche sont les parties du corps qui constituent les portes d’entrée du virus dans l’organisme, d’où il faut éviter de les toucher immédiatement avant de se laver les mains.
            Dr Nkengurutse a tranquillisé la population, tout en rassurant que le Burundi est à l’œuvre pour protéger sa population contre la pandémie de coronavirus. « Vaut mieux prévenir que guérir », a-t-elle conclu, d’où il faut respecter toutes les mesures de prévention déjà recommandées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *