Le développement avec un retour garanti sur l’investissement consenti par le peuple

BUJUMBURA, 22 juin (ABP) – Le président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye (photo), a, dans son discours programme d’investiture, tranquillisé la population, en soulignant qu’une démarche démocratique est basée sur la volonté populaire d’améliorer son sort. « Le développement par le peuple et pour le peuple et le développement avec un retour garanti sur l’investissement consenti par le peuple sera notre devise et non le développement par le peuple pour ses dirigeants », a-t-il ajouté. Il a aussi promis qu’il va mettre en place un gouvernement responsable qui gère en père de famille, qui écoute le peuple et qui l’invite à dénoncer la corruption et les malversations de toute nature. Il a également invité chacun à jouer son rôle car, explique-t-il, la dénonciation est très cruciale dans le combat contre la corruption, affirmant que le vol du bien commun, la corruption et les malversations sont des délits sévèrement punissables par la loi burundaise.

M. Ndayishimiye a en outre souligné que pour que la bonne gouvernance s’enracine dans notre pays, les burundais sont appelés à la contribution pour éradiquer l’esprit des combats politiques pour des postes de responsabilité, sans oublier de semer un esprit de redevabilité devant le peuple. Il a invité les partis politiques, les organisations de défense des droits et intérêts des citoyens ainsi que les médias à dénoncer les entraves éventuelles aux droits et aux intérêts des citoyens. Il a bien fait savoir qu’il est préoccupé par l’amélioration de l’image du pays à l’étranger, à travers des relations basées sur le respect mutuel, la complémentarité, le renforcement de l’entente entre le Burundi et les autres pays et avec les différentes organisations internationales, en vue de la coopération au développement économique.

Evariste Ndayishimiye

Il envisage donc la solidarité avec tous les pays, surtout dans les projets et programmes de la protection de l’environnement, de développement et de la protection de l’espèce humaine, étant donné que la terre est commune à tous les humains. Pour lui, le Burundi reste ouvert aux pays et organisations des pays qui souhaitent davantage un rapprochement pour nouer et/ou entretenir des relations de complémentarité pour l’intérêt planétaire.

Le président de la République du Burundi a par ailleurs salué l’initiative de la création de la Zone de libre-échanges continentaux par l’union africaine, une initiative qui permettra un échange des produits africains en Afrique. Pour lui, les relations interafricaines devraient s’améliorer et tendre vers une libre circulation des personnes et des biens. Pour y arriver, des routes devraient être construites pour faciliter cette libre circulation. Selon le président Ndayishimiye, les africains pourraient en profiter pour partager les différentes connaissances indigènes d’une valeur inestimable, comme cela se faisait dans le temps où les burundais voyageaient en Ouganda, d’autres en Tanzanie, pour les travaux champêtres. Cette pratique a permis aux peuples de se connaître et de renforcer leur unité sur base des talents des uns et des autres.

C’est ainsi que  M. Ndayishimiye s’est engagé à offrir aux investisseurs étrangers un cadre idéal d’un partenariat toujours gagnant-gagnant, avant de les exhorter à saisir de nombreuses opportunités d’affaires qu’offre le Burundi ainsi que la garantie des conditions de vie agréables, dans l’espoir que les burundais seront aussi traités chez eux avec la même dignité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *