Le chef de l’Etat appelle les professionnels des médias à toujours songer à l’intérêt supérieur de la nation

NGOZI, 29 fév (ABP) – Le chef de l’Etat burundais, M. Pierre Nkurunziza (photo), a animé vendredi le 29 février, à Ngozi (nord du Burundi), une séance de moralisation à l’endroit des responsables des médias, des journalistes et certains porte-parole des ministères.

Le président Nkurunziza a rappelé qu’il s’agissait d’une quatrième séance qu’il amine à l’endroit des professionnels des médias, ce qui, a-t-il souligné, prouve l’importance qu’il affiche envers eux. Il a indiqué qu’il continuera à collaborer étroitement avec les medias dans sa mission d’inculquer l’esprit patriotique aux Burundais.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, le chef de l’Etat a demandé à l’assemblée présente de garder une minute de silence à l’endroit des journalistes Athanase Ntiyanogeye et Pacelli Sindaruhuka qui viennent de quitter ce monde.

Vue partielle des participants à la séance de moralisation

Dans ces enseignements, il a fait savoir qu’il a terminé son chapitre sur l’histoire du Burundi et qu’il entame le chapitre sur “Ce que sont les Burundais aujourd’hui”. Il a précisé que tout ce que nous avons provient de Dieu et de nos ancêtres, en tête le fondateur du Burundi, Ntare Rushatsi.

Selon lui, les Burundais doivent renouer avec Dieu qui, par sa grâce, a donné à nos ancêtres un beau pays, le Burundi. Il a, à cet effet, demandé aux Burundais de respecter et d’honorer la mémoire de nos parents car, a-t-il estimé, l’amour et le respect aux parents est une source de bénédictions.

Les bonnes relations et l’amour à la patrie doivent caractériser les Burundais, a-t-il dit.

Dans tous ces enseignements, le chef de l’Etat s’est appuyé sur des versets bibliques quand Dieu a appelé les fils d’Israël de Lui rester toujours reconnaissant pour le pays qu’Il leur a donné, et où Dieu appelle au respect de l’autorité et au respect des parents. Il a interpellé les journalistes de toujours penser au bien et à l’intérêt supérieur de leur patrie dans leur travail quotidien afin de léguer un bon héritage. Il leur a recommandé d’aimer leur pays, d’éviter la médisance envers leur pays et d’être fiers de leur pays, d’inculquer à la population l’amour de la patrie et les bonnes mœurs.

Auparavant, les conseillers du président Nkurunziza avaient donné des enseignements sur la charte de l’impérialisme et les coutumes burundaises.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *