BUJUMBURA, 16 août (ABP) – Le bilan annuel des réalisations du ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, pour l’exercice 2018-2019,  est satisfaisant selon le ministre de tutelle, M. Jean Marie Niyokindi (photo d’archives), qui a présenté, vendredi 16 aout 2019,  secteur par secteur, les grandes réalisations, les défis rencontrés et les actions prioritaires prévues pour l’exercice 2019-2020.

Il a profité de cette occasion pour inviter les cadres de son ministère à continuer de  travailler avec dévouement en leur rappelant que la 4ème place attribuée à ce ministère lors de la dernière retraite gouvernementale a été une fierté. En effet, malgré les défis et les contraintes rencontrées, les activités qui étaient prévues pour cet exercice écoulé ont été exécutées  à plus de 90 %, a-t-il souligné.

Dans le domaine du commerce, des descentes ont été effectuées dans certains marchés du pays pour relever les prix des produits de grande consommation afin d’anticiper sur d’éventuelles pénuries et spéculations. Des ateliers d’information et de sensibilisation des opérateurs économiques sur les nouveaux textes régissant le commerce ont été organisés ainsi que des réunions d’informations sur les accords commerciaux, régionaux et multilatéraux signés par le Burundi.

Dans le domaine de l’industrie, le document de la politique nationale d’industrialisation du Burundi a été finalisé et adopté par le conseil des ministres. Par ailleurs,  662 titres de propriété industrielle ont été traités et finalisés et ont fait entrer au trésor public un montant de 137.730 dollars et 3.030.000 francs burundais.

Au niveau de la normalisation, la métrologie, l’assurance qualité et essais, 47 licences et 53 certificats ont été octroyés aux sociétés pour application de la marque BBN (Bureau burundais pour la normalisation et le contrôle de la qualité) aux produits répondant aux normes de qualité.

Au niveau du tourisme, 37 hôtels citadins ont été classés pour la première phase de classification des établissements touristiques d’hébergement du Burundi.

Parmi les contraintes, le ministre Niyokindi a souligné l’insuffisance des moyens pour l’encadrement des activités sur terrain, et le manque d’infrastructures appropriées notamment le laboratoire et son  équipement, l’insuffisance du personnel qualifié en la matière pour le BBN.

S’agissant des perspectives d’avenir, le ministère se penchera entre autres sur le suivi régulier de l’état des produits vendus sur le marché et sur la dissémination  des lois régissant le commerce et leurs textes d’application afin de promouvoir l’équité dans le commerce et lutter contre la fraude à travers la sensibilisation des acteurs commerciaux. Il va en outre élaborer une stratégie de la mise en œuvre de la politique nationale d’industrialisation du Burundi. Il va aussi structurer de nouvelles normes, harmoniser, adopter et adapter les normes au niveau national, régional et international et continuer à certifier les produits locaux.

A la question de savoir ce que le ministère est en train de faire pour décourager les commerçants qui ne respectent pas  les prix des boissons Brarudi, le ministre a laisser entendre que les consommateurs ont le droit de s’y opposer et que le ministère intervient chaque fois qu’il est au courant de cas pareils.

A propos de la réhabilitation des sites touristiques, le ministre a indiqué que c’est l’une des préoccupations du ministère, ajoutant qu’actuellement c’est le tour de l’enclos royal.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *