L’augmentation de la production agro-pastorale, un des piliers du développement selon le nouveau président de la République

BUJUMBURA, 23 juin (ABP) – Le Plan national de développement (PND) 2018-2027 servira de référence à tous les partenaires et potentiels investisseurs, car il renferme toutes les aspirations du peuple, a affirmé le nouveau président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye (photo), le jour de son investiture, le 18 juin au stade Ingoma de Gitega (centre).

Le général-major Evariste Ndayishimiye, au stade Ingoma de Gitega  

Le président Ndayishimiye signale, à la même occasion, qu’il n’y a pas de paix sans pain. C’est pour cette raison que le PND met un accent particulier sur l’augmentation de la production agro-pastorale, en vue de produire pour exporter et non pour consommer seulement. Pour la réalisation, les terrains inexploités appartenant à l’Etat vont être cédés pour des projets agro-pastoraux et pour la revalorisation du sol, la protection de l’environnement et des sources naturelles d’eau sera une priorité. Il a également précisé que l’augmentation de la production ne concerne pas uniquement le domaine agro-pastoral, elle sera étendue au secteur minier et des usines de transformation des minerais seront implantées dans le pays. Il a aussi signifié que le gouvernement du Burundi s’engage à faciliter tous les travaux de recherche scientifique y relatifs afin de fournir des statistiques actualisées et fiables.

Evariste Ndayishimiye au stade Ingoma de Gitega

Les investisseurs nationaux et internationaux sont appelés à investir dans ce secteur et seront soutenus par le gouvernement, a promis le président de la République du Burundi, qui a par la suite fait savoir que le gouvernement va investir dans les infrastructures routières pour que la circulation des biens et des personnes à l’intérieur du pays ou vers l’extérieur du pays ne soit plus un calvaire. Il a aussi promis qu’il va œuvrer à l’amélioration des conditions de vie de la population, en leur garantissant un accès facile aux soins de santé, à l’information et à la formation et surtout à la protection sociale.

M. Ndayishimiye reconnaît le défi majeur du logement au Burundi, surtout pour les fonctionnaires souvent obligés de travailler loin de leurs domiciles. Pour pallier à ce défi, il a souligné que l’Etat a mis en place l’office burundais de l’habitat qui est chargé des études et de la construction des logements sociaux à un prix abordable. Après des remboursements en tranches, le fonctionnaire deviendra propriétaire et l’Etat s’engage à appuyer les travailleurs à faibles revenus. Dans le domaine de l’éducation et de la recherche scientifique, le gouvernement prévoit de mûrir le système actuel de l’éducation pour mieux équiper et préparer les jeunes à la vie professionnelle. Dans le domaine de la santé, il va renforcer le système de surveillance et de prévention pour mieux répondre aux urgences sanitaires et ainsi préserver la santé de la population active pour que cette dernière s’attèle aux travaux de développement.         

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *