BUJUMBURA, 5 oct (ABP) – La république fédérale d’Allemagne a célébré ce jeudi le 3 octobre 2019 le 40ème anniversaire de sa réunification.

Au Burundi, les festivités se sont déroulées en présence de plusieurs invités dont l’Assistant du ministre des Affaires étrangères l’Ambassadeur Bernard Ntahiraja  (photo : à droite) et des Allemands vivant au Burundi.

Dans son discours de circonstance, l’Ambassadeur d’Allemagne au Burundi M. Dieter Reinl (photo : à gauche) a indiqué que la réunification de son pays en mars 1990 a été précédée de plus de 40 ans de séparation douloureuse résultant d’une guerre meurtrière déclenchée par les Allemands et qui a fait des millions de morts en Europe et dans le monde.

« La fin de la guerre a été une libération pour l’Allemagne malgré la défaite militaire, puisque la fin de la guerre signifiait également la fin de la terreur et de la tyrannie nationale-socialiste », a-t-il dit en citant l’ancien président de l’Allemagne fédérale Richard Von Weizsäcker.

Pour l’Ambassadeur Dieter Reinl, l’Allemagne est encore plus déterminée que jamais à assumer ses responsabilités dans la politique internationale et à relever les défis mondiaux de l’avenir. Ce faisant, a-t-il signifié, l’engagement en faveur des droits de l’homme, l’aide solidaire dans les situations d’urgence humanitaire, mais aussi la lutte contre le changement climatique, la résolution des problèmes liés au développement démographique, la rareté des ressources et les mouvements migratoires revêtent une importance capitale. Cette année et l’année prochaine, en particulier lorsque l’Allemagne sera membre du conseil de sécurité des Nations Unies, son pays compte en faire preuve de manière particulière selon l’Ambassadeur  Reinl.

Evoquant les relations entre l’Union européenne ( UE) et le Burundi, l’Ambassadeur Dieter Reinl a fait savoir que l’UE et les Etats membres restent les principaux donateurs en termes de coopération et qu’une coopération intensive en faveur de la population burundaise se poursuit à travers de nombreux projets propres de l’UE et de ses Etats membres de même que par un soutien financier à des programmes menés par d’autres organisations, en toute conformité avec le plan national de développement du Burundi.

Il a émis le souhait de voir les élections de l’année prochaine au Burundi constituer un jalon aussi important pour un avenir prometteur de paix et de croissance que la réunification l’a été pour son pays.

De son côté, l’assistant du ministre des Affaires étrangères M. Ntahiraja a fait savoir que la date du 3 octobre marque dans la mémoire collective non seulement un jour de liberté mais aussi l’expression du triomphe de l’aspiration de l’unité nationale.

La république du Burundi, partage et défend comme l’Allemagne des valeurs de liberté et de défense de l’unité nationale, des valeurs qui sont inscrites en lettres d’or dans la constitution du Burundi.

« Le peuple Burundais a décidé lui aussi de sceler son unité à travers son comportement et son vécu quotidien mais aussi par ses symboles communs comme l’hymne de l’unité nationale » a-t-il dit ajoutant que l’histoire du Burundi enseigne la paix et la réconciliation.

L’ambassadeur Ntahiraja a par ailleurs, rappelé que l’agenda politico-économique du Burundi comporte deux principales activités qui s’étalent sur plusieurs années. « Il s’agit d’abord de la consolidation du processus démocratique et ensuite de la mise en œuvre du plan national de développement du Burundi 2018-2027 ». Il a remercié les partenaires nationaux et internationaux qui apportent au Burundi leur encouragement et leur soutien dans ces deux processus légitimes.

Le partenariat germano-burundais d’il y a quelques années mérite d’être remis sur pieds, a-t-il estimé en exprimant son espoir de cheminer encore ensemble dans le même cadre d’amitié de solidarité et de respect mutuel qui ont caractérisé les relations entre les deux pays pendant des décennies.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *