Investiture du nouveau président de la République M. Evariste Ndayishimiye

GITEGA, 18 juin (ABP) – Le nouveau président de la République du Burundi, M. Evariste Ndayishimiye a été investi dans les fonctions de chef de l’Etat jeudi, le 18 juin 2020, au stade Ingoma de Gitega, en commune et province de Gitega, la capitale politique du pays.

Cet acte a été matérialisé par la prestation de serment de M. Evariste Ndayishimiye devant Dieu et le peuple burundais (photo).  C’était en présence des membres de la cour constitutionnelle, des invités et d’une population immense issue de toutes les provinces du pays.

Evariste Ndayishimiye prête serment

Les cérémonies ont vu aussi la participation des délégations étrangères, en l’occurrence l’ex-président de la République unie de Tanzanie, M. Jakaya Mrisho Gikwete et la vice-présidente de la même république, Mme Samia Suluma Hassan, des envoyés spéciaux  des chefs d’Etat de l’Egypte, du Gabon, du Kenya, de la Guinée Equatoriale, de la république démocratique du Congo et Congo Brazzaville, du secrétaire général de la Communauté Est Africaine ainsi que des ambassadeurs ou représentants des missions diplomatiques et consulaires accrédités au Burundi.

A l’échelon national, les représentants des institutions étatiques, paraétatiques, confessionnelles, ceux des organisations de la société civile étaient aussi présents.

Les cérémonies ont débuté par l’hymne national, suivi par une prière œcuménique dirigée notamment par le représentant de l’église catholique, celui des églises protestantes et celui de la religion musulmane. Ces serviteurs de Dieu ont convergé sur l’imploration du Tout Puissant de bénir le président Ndayishimiye pour qu’il conduise le pays dans la volonté de celui-là.

Le moment tant attendu par les spectateurs étaient la prestation de serment. Cette séance a été suivie par le cérémonial de remise des insignes du pouvoir. Ceux-ci étaient constitués par la constitution de la république du Burundi, de la charte de l’unité nationale, du bâton de commandement, du drapeau national, du drapeau de l’unité nationale, de l’emblème de la république du Burundi, d’une médaille d’honneur, du tir de vingt et un coups de canon et du passage des troupes en revue par le nouveau président.

 Le président Ndayishimiye a par la suite présenté son discours programme dont la teneur a touché tous les aspects de la vie nationale.

Dans le domaine politique, il a déploré la mort de son prédécesseur, en l’occurrence feu président Pierre Nkurunziza, précisant qu’il n’a ménagé aucun effort pour remorquer le Burundi sur la voie du développement ; et cela dans tous les aspects de la vie nationale. Ainsi, il a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence en mémoire à cet illustre défunt. « Feu président Nkurunziza nous a légué un pays d’une fondation très dure », a déclaré M. Ndayishimiye avant d’ajouter qu’il lui sera par conséquent facile de continuer à ériger le chantier.

Vue partielle des invités d’honneur

Toutefois, il a sollicité le concours de tout un chacun parmi la population pour y arriver. Cependant, il s’est inscrit en faux contre quiconque voudra semer le trouble social ou s’accaparer des biens de l’Etat. Il a lancé un appel aux réfugiés de regagner le bercail.

S’agissant de la politique étrangère du Burundi, il a fait savoir qu’il veut une coopération avec tous les Etats, à part des Etats qui veulent s’ingérer dans les affaires intérieures du pays pour mettre en mal son indépendance nationale.

Au niveau économique, M. Ndayishimiye a indiqué que des projets de développement seront initiés pour réduire le chômage. Dans cette même optique, il a indiqué que des unités de transformations seront créées de même que l’implantation des sources d’énergie solaire et hydroélectrique.

Par ailleurs, il a promis le soutien des opérateurs économiques pour contribuer davantage à l’impulsion de l’économie nationale.

 Sur le plan social, il a fait savoir que les retraités bénéficieront de la gratuité des soins de santé et d’une pension équivalente au dernier salaire perçu dans l’exercice de leurs fonctions.

 Quant à l’éducation, il a fait savoir qu’il va privilégier un enseignement professionnel. Au niveau culturel, M. Ndayishimiye a fait savoir qu’il va s’investir pour la promotion des artistes burundais.

En matière de justice, il a indiqué que des lacunes s’observent dans cette institution, précisant que l’une des solutions pour y remédier sera le renforcement des juridictions coutumières et la protection des témoins. Il a terminé son propos par des mots de remerciement à tous ceux qui se sont investis pour que les élections soient couronnées de succès. Pareils remerciements ont été adressés à ceux qui se sont présentés dans ces cérémonies.  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *