BUJUMBURA, 2 nov (ABP) – Le rôle de l’épargne pour tout agent économique permet de pouvoir constituer progressivement des ressources pour réaliser des investissements et des activités génératrices de revenus, selon le président du conseil d’administration du réseau des institutions de microfinance (RIM), M. Bernard Kinyata (photo), lors d’une conférence de presse qu’il a animé mercredi le 31octobre 2018. Cette conférence était organisée à l’occasion de la célébration de la journée internationale de l’épargne.

Selon M. Kinyata, épargner pour l’avenir  permet à pouvoir constituer progressivement des ressources pour réaliser des projets qu’on on ne peut pas réaliser en une fois avec le revenu d’une seule personne.

Kinyata a également signalé qu’épargner c’est prévenir. Dans la vie de tout individu, il se passe des événements imprévisibles et prévisibles et la me illeure façon de financer les événements imprévisibles est de constituer l’épargne, a-t-il expliqué. « L’épargne reste important pour la prévention dans l’avenir c’est-à-dire prévenir les jours futurs où on serait incapable de générer les revenus, comme le cas de pension et de retraite. Selon le président du conseil d’administration du RIM, l’épargne donne aussi accès au crédit qui permet la réalisation des activités d’auto-développement a-t-il poursuivi.

« Malgré les efforts fournis par le RIM, le niveau de l’épargne au Burundi reste bas » Afin de  réussir l’inclusion financière au Burundi, le RIM demande à l’administration locale de sensibiliser la population sur l’importance de l’épargne.

Le RIM demande également au gouvernement de mettre en place des mesures incitatives de promotion de l’épargne en essayant de diminuer l’imposition sur les intérêts générés par l’épargne. C’est à travers la promotion de l’épargne que la population pourra développer le réflexe de garder leurs avoirs dans des microfinances qui vont par la suite contribuer à l’économie du pays.

Répondant à la question de savoir si actuellement l’épargne au Burundi est possible vu l’ampleur de pauvreté, M. Kinyata a fait savoir que l’épargne est possible en tout lieu et en toute circonstance même si les ressources sont limitées, les besoins eux restent illimités. Selon lui, l’épargne n’est pas l’excédent de la consommation. On analyse la situation et on prend la décision d’épargner.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *