BUJUMBURA, 6 nov (ABP) – Le ministère en charge de la Sécurité publique a organisé ce mardi 6 novembre 2018, au niveau national, un test de recrutement des agents de la Police nationale.

En mairie de Bujumbura, environ 51 candidats (photo : vue partielle des candidats entrain de passer le test) sur 58 inscrits venus des communes Ntahangwa, Muha et Mukaza se sont rencontrés à l’Institut de santé, communément appelé chez Rukara, où ils ont passé un examen de calcul et de français. Le test a débuté à dix heures dans tout le pays et devrait durer une heure pour chaque discipline.

Le vice-président de la commission de recrutement, M. Jacques Gasabanya, a indiqué à la presse que cette activité se déroule normalement bien. Néanmoins, certains candidats ayant déposé des photocopies de bulletins au lieu des originaux n’ont pas été autorisés à passer le test, a-t-il déploré. Pourtant, les organisateurs avaient lancé un communiqué à travers les médias dans lequel ils demandaient aux candidats d’amener les documents exigés qui manquent endéans trois jours. Il convient de signaler qu’avant de passer le test proprement dit, les candidats régulièrement inscrits ont été priés de mettre de côté les téléphones portables pour éviter d’éventuelles tricheries.

Le vice-président de la commission chargée du recrutement a, en outre, indiqué qu’après ce test intellectuel, les candidats seront soumis au test physique au cours duquel ils vont courir une distance de 2400 mètres au stade Prince Louis Rwagasore. Ils vont également faire des exercices physiques, notamment des pompages ou tout simplement des exercices de flexion. Après ces deux tests intellectuel et physique, les candidats devront présenter un certificat d’aptitude physique délivré par un médecin du gouvernement du Burundi.

Similar Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *